Deux avant le centenaire de Gabrielle Wittkop, née le 27 mai 1920, les éditions Verticales feront paraître en octobre 2018 un recueil de vingt pastiches, intitulé Usages de faux (après s'être appelé Prête-moi ta plume...), dans lequel Gabrielle rend hommage aux auteurs qu'elle admire et pour lesquels il lui a fallu trouver un moyen terme entre [son] refus de n'être que le strass voulant frauduleusement imiter le diamant, et le désir de préserver "ce grain de faux qui est peut-être l'idéal d'une œuvre", comme elle l'explique dans son avant-propos.

Elle entre ainsi dans l'inspiration et le vocabulaire des dix-neuf écrivains qu'elle a choisi de rassembler sous une même bannière, et s'offre même le plaisir d'ajouter à la fin du recueil un supplément à [son] Nécrophile, marquant qu'il s'agit ici d'un divertissement,d'un jeu [qu'elle a] voulu conclure en exprimant simplement qu'il [lui] est aussi possible d'écrire sans l'appui d'auteurs certes bien plus grands [qu'elle], ce dont nous ne doutions pas.

Les vingt pastiches devraient être préfacés par l'écrivain Jean-Baptiste Del Amo, auteur d'Une éducation libertine, du Sel, de Pornographia et de Règne animal, lui-même grand admirateur de l'œuvre de Gabrielle, qu'il avait citée dans son premier roman, originellement intitulé Fressures.