Extrait 2 : Petronius Arbiter

"La famille se composait d'une épouse extrêmement laide et de trois fils plus laids encore. Ils étaient si affreux qu'on pouvait à peine concevoir tant de hideur et l'on se demandait comment les dieux pouvaient souffrir un aspect si contraire à la figure humaine qu'il en devenait sacrilège. Tandis que la mère semblait mentalement normale bien que très peu subtile, les trois garçons étaient simples d'esprit. Ils bâfraient goulûment, le museau dansl'assiette comme des Barbares, émettant parfois des espèces de grognements très désagréables... Le maître de maison devant seul avec moi assumer les frais de la conversation, je me retirai de bonne heure. En pleine nuit, je suis soudain tiré d'un profond sommeil et la lueur d'une petite lampe me révèle une face de Gorgone grimaçant ce qui veut être un sourire. C'est le plus laid des trois fils, un type d'environ vingt ans, si tant est qu'on puisse évaluer l'âge d'un tel être. Déjà le monstre porte la main sur moi et, prêt à la joute, darde le plus formidable membre que j'aie jamais vu, sauf chez les mulets d'Espagne.
- Arrière, gueule vomie par les Enfers !"

Gabrielle WITTKOP, Usages de faux, éd. Verticales, 2018