Gabrielle est morte le 22 décembre 2002, à 13h30, en son domicile de Francfort-sur-le-Main. Quatorze ans déjà, et pourtant sa voix résonne avec la même intensité que de son vivant, lorsqu'elle m'accueillait dans le couloir menant à son fascinant appartement. Depuis cette funeste disparition, chaque 22 décembre est l'occasion d'une célébration intime, partagée avec une très chère amie, autour d'une coupe de ce divin nectar dont Gabrielle raffolait et dont il ne manquait jamais une bouteille dans la fraîcheur de son réfrigérateur.

Ce 22 décembre 2016 n'échappera pas à la règle, mais il s'auréole cette année d'une lumière particulière...

Publié initialement en 1977 en version bilingue chez l’éditeur italien Cegna, le seul recueil de poèmes connu de Gabrielle Wittkop, Litanies pour une amante funèbre, était depuis longtemps devenu totalement introuvable, au grand dam de ses admirateurs qui guettaient désespérément les coûteuses apparitions de ses rares exemplaires en circulation.

Qu'ils se rassurent, tout va changer !

À l’occasion des 40 ans de sa publication initiale, Le Vampire Actif éditions va donner, en mai 2017, un deuxième souffle aux 31 poèmes de l'ensemble qui s’offrent tels de maléfiques mantras et livrent une composition poétique au remarquable romantisme noir.

Nous voulions, les éditeurs et moi (qu'ils soient ici infiniment remerciés pour leur enthousiasme et leur vaillance !), annoncer cette réédition en ce jour anniversaire, car elle sonne comme une émouvante résurrection qui aurait ravi Gabrielle elle-même. D'autres détails viendront au fil du temps. Et pour mieux vous tenir informés, je vous invite à suivre les liens ci-dessous :

À vous, très chère Gabrielle ! Champagne !