Gabrielle Wittkop est née le 27 mai 1920, à Nantes, comme vous le savez tous. Elle aurait aujourd'hui 90, un bel âge, qu'elle s'était même promis de dépasser puisque son médecin lui prédisait une carrière de centenaire. La camarde en a décidé autrement, hélas. Il nous reste ses livres, une voix incomparable, quelques images et pour ceux qui ont eu comme moi l'heur de la connaître, de foisonnants souvenirs qui ne s'éteindront qu'avec notre propre mort. Entre-temps, j'espère que j'aurai accompli la mission qu'elle m'a confiée avant de disparaître: faire publier son œuvre et m'assurer de la survie littéraire de ses manuscrits. Les éditions Verticales et moi-même y travaillons chaque jour depuis 2001 et je les remercie tout particulièrement aujourd'hui de m'accorder le droit de diffuser, en pièce jointe à ce billet, l'argumentaire destiné à figurer dans le prochain numéro de leur revue d'informations Propagande. Ce sera ma contribution à cette journée anniversaire du 27 mai 2010, en mémoire de Gabrielle. N'oubliez pas de sortir flûtes et bouteilles de champagne! Et prenez patience jusqu'au mois d'octobre de cette année pour lire enfin ses extraordinaires Carnets d'Asie...

Nikola...